Histoire

C'est entre 1215 et 1240 que le Rocher devint une ville fortifiée. Une Bulle du Pape Innocent IV, en date du 6 décembre 1247, donna l'autorisation de construire une église dédiée à Saint Nicolas, patron des marins. Celle-ci sera achevée en 1321. Elle se trouvait à l'emplacement du transept de l'actuelle cathédrale. Le cimetière paroissial était situé dans l'espace devenu la nef. Au cours des XVème, XVIème et XVIIème siècles, huit chapelles ont été construites sur ses bas-côtés.

Durant la révolution ce lieu de culte deviendra un temple de la déesse Raison sous l'impulsion de la Société Populaire et Montagnarde.
En 1868, le territoire de la Principauté de Monaco fut séparé du diocèse de Nice.
La décision fut prise alors de démolir l'église Saint-Nicolas chargée de six siècles d'histoire, pour construire ce qui allait devenir la cathédrale. Le cimetière paroissial fut désaffecté le 18 novembre.

Dès le 6 janvier 1875, le Prince Charles III en posa la première pierre. Elle est dédiée à Notre Dame-de-l'Immaculée-Conception et a, comme patrons secondaires, Saint Nicolas et Saint Benoît.
La consécration de la cathédrale eut lieu le 11 juin 1911.La cathédrale, dont une inscription à l'entrée mentionne les dates importantes de son édification, est construite en pierres de La Turbie.
À ses quatre extrémités, les symboles des Évangélistes se dressent sur la toiture. Surplombant la porte centrale et les portes latérales, des sculptures représentant des scènes de la vie de Marie rappellent que la cathédrale lui est dédiée. On peut voir dans la ruelle qui jouxte le bâtiment une cloche provenant de l'ancienne église Saint-Nicolas, qui fut fondue en 1484 et qui sonna pour la libération de la patrie (expulsion de la garnison espagnole) par le Prince Honoré II en 1641.
À l'intérieur, les chapelles latérales font hommage à des saints particulièrement chers à la Principauté. Dans la chapelle du Saint Sacrement sont inhumés des évêques de Monaco ; les Princes souverains et leurs épouses le sont dans le déambulatoire.

Parmi ces chapelles, celle dédiée à Saint Benoît rappelle les origines du diocèse et l'attachement de la Principauté à l'Europe. Une inscription y indique qu' "à l'occasion du centenaire de l'érection de l'Abbaye Nullius à Monaco et en réponse à l'appel lancé au Mont Cassin le 24 octobre 1964 par le Pape Paul VI en faveur du culte de Saint Benoît, père de notre civilisation, sous le règne de S.A.S. Rainier III, cette chapelle a été dédiée par Mgr Jean Rupp, évêque, à Saint Benoît, patron de l'Europe, le 4 juin 1968" et, ajoutons-le, co-titulaire, avec Saint Nicolas, de l'église du Rocher, devenue abbatiale lorsque le premier abbé nullius de Monaco fut choisi parmi les moines du Subiaco.
Une délégation, venue de ce lieu où vécut le patriarche des moines d'Occident, assista à la réception par Mgr Sardou, le 2 novembre 1997, d'une lampe de la Paix, réplique de celle qui brûle dans la grotte primitive où Benoît commença son œuvre au service de l\'édification de l'Europe au VIème siècle.

Au dessus de la porte de la sacristie, une représentation du Christ en croix, réalisée à l'occasion des 750 ans de vie religieuse sur le Rocher des Grimaldi est l'œuvre de Daphné du Barry. Cette sculpture a été inaugurée le 8 décembre 1997 par le Cardinal Furno, en présence de S.A.S. le Prince Rainier III.
Dans le chœur, l'autel en marbre de Carare présente une incrustation de mosaïques et le plafond de l'abside une grande composition de la Vierge à l'enfant de style byzantin.