Messe Chrismale 2019

 

Homélie de Mgr Bernard Barsi
Archevêque de Monaco

 

La messe chrismale n’a lieu qu’une seule fois dans l’année, et elle est liée à la Cène du jeudi saint, à ce repas de la Pâque où Jésus institue l’eucharistie et le sacerdoce ministériel. Comme vous le voyez, cette célébration réunit l’ensemble des prêtres, des diacres, des religieux et des laïcs autour de leur évêque. Provenant des diverses paroisses, des mouvements, des aumôneries et des services du diocèse nous manifestons ensemble l’unité de notre communauté chrétienne autour du Christ Jésus.

 

L‘évêque, pasteur de son peuple bénit les huiles qui servirontpour l’administration des sacrements tout au long de l’année liturgique : l’huile destinée aux catéchumènes (enfants et adultes qui se préparent au baptême) ; l’huile des malades qui les réconfortera dans l’épreuve de leur santé ; le saint chrême qui sera utilisée pour le baptême et la confirmation, la consécration des églises et des autels mais également pour les ordinations d’évêques et de prêtres. Si mon successeur n’est pas évêque au moment de sa nomination à l’archevêché de Monaco, il sera consacré avec cette huile du saint chrême. Nous ne connaissons pas encore son nom, mais Dieu le connaît certainement, c’est donc ce soir, l’occasion de prier déjà pour le Pasteur que Dieu donnera à notre Église.

 

Au cours de la messe chrismale, les ministres consacrés de l’Église, les prêtres, les diacres et votre archevêque vont renouveler les promesses de leur ordination. Merci de nous entourer de votre prière pour qu’en ces temps troublés, les uns et les autres, nous restions fidèles à nos engagements.

 

***

Arrêtons-nous un instant sur la symbolique de l’huile que nous employons abondamment pendant cette messe. Dans la Bible, avec le blé et le vin, l’huile est un des éléments essentiels dontDieu rassasie son peuple en terre d’Israël, si riche en oliviers. Dans le livre du Deutéronome de l’Ancienne Alliance, Dieu décrit la terre promise à son peuple : « je donnerai à votre pays la pluie en son temps, pluie d’automne et pluie de printemps, et tu récolteras ton froment, ton vin nouveau et ton huile fraîche » (Dt 11,14).

L’huile apparaît comme une bénédiction divine dont l’abondance est signe du salut et du bonheur futur de la vie éternelle. 

Elle est un remède qui fortifie le corps et ses membresendoloris. Souvenons-nous de la parabole du bon samaritain. L’évangéliste St Luc nous dit que le bon samaritain fut saisi de compassion devant l’homme blessé et abandonné sur le bord de la route. Il s’approcha, et pansa ses plaies en y versant de l’huile et du vin (Lc 10, 33-34).  

Pour souhaiter joie et bonheur à quelqu’un et lui donner une marque d’amitié et d’honneur on répand de l’huile sur sa tête. Ainsi va-t-on oindre les rois d’Israël. Cette onction est le signe extérieur du choix du roi par Dieu et s’accompagne de la venue de l’Esprit Saint qui prend possession de l’élu.

De cet Esprit, Jésus le Christ en a la plénitude. C’est ce qui se révèle lors du baptême de Jésus par Jean Baptiste, sur les bords du Jourdain. L’on vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur Jésus. Aussi Jésus, dans la synagogue de Nazareth pourra-t-il proclamer : « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce qu’il m’a consacré par l’onction » (Lc 4,18).

 

Cette irruption de l’Esprit du Christ va se produire tout à l’heure lorsque, soutenu par la prière de notre assemblée, je bénirai les huiles et lorsque, au cours de l’année, l’on fera des onctions sur ceux qui recevront les sacrements du baptême, de la confirmation ou de l’ordre ou sur les objets qui seront consacrés pour le culte divin : églises et autels.

L’huile qui tient une grande place dans la tradition biblique et liturgique, nous indique que la messe chrismale constitue le peuple chrétien, ce peuple rassemblé par la foi et les sacrements. Par l’huile du saint-chrême, l’Esprit de Dieu nous est donné. Il renouvelle le don de la Pentecôte, il anime le cœur de celles et ceux qui mettent leur foi en Jésus Christ. En cette semaine sainte, écoutons avec plus de détermination St Léon le Grand qui disait au 5° siècle : « Reconnais, ô chrétien, ta dignité́... Souviens-toi de quelle tête et de quel corps tu es membre. » Reconnaissons que par l’Esprit Saint, nous sommes les membres du Corps du Christ, nous sommes fils et filles de Dieu. En communion profonde avec le Christ, imprégnés de la grâce de l’Esprit, les chrétiens, disciples de Jésus sont appelés à porter la Bonne Nouvelle aux pauvres. Cette annonce se réalise avec nos paroles et nos vies imprégnées de l’évangile.  L’an dernier, lors de la même messe chrismale, après un long temps de réflexion et de partage en Église, je proclamais les orientations pastorales missionnaires du diocèse. Où en sommes-nous ? comment avons-nous progresser pour conforter la foi des croyants, rassembler la communauté chrétienne, accueillir ceux qui viennent vers nous, sortir à la rencontre des hommes et des femmes loin de la lumière du Christ ?

 

***

Depuis quelques années, l’Église catholique connaît une grave crise et les annonces semblent s’être accélérées ces derniers temps. Des crimes sexuels commis par des membres en responsabilité dans l’Église : cardinaux, évêques, prêtres, diacres, religieux ou laïcs sont largement médiatisés. Des victimes osent prendre la parole et révèlent leur douleur trop longtemps ignorée et jamais prescrite. Tous ces faits ignobles, surtout lorsqu’ils sont perpétrés sur des mineurs ou des personnes vulnérables nous scandalisent.  Le Pape François, courageusement et à la suite de son prédécesseur le Pape Benoit XVI nous appelle à écouter la souffrance des victimes et à mettre en œuvre la tolérance zéro vis-à-vis de ces délits. Dans notre diocèse, nous créons actuellement une « cellule d’écoute et d’accompagnement » pour les victimes éventuelles d’abus sexuels commis par des représentants de l’Église. 

Le Saint-Père, dans une lettre au Peuple de Dieu, parue le 20 août dernier nous invite à une conversion personnelle et communautaire, à lutter contre les abus de pouvoir dans l’Église et à ne jamais sous-évaluer la grâce baptismale que l’Esprit Saint a placé dans le cœur de chaque membre dupeuple chrétien. Pour nous évêques et prêtres, il nous appelle àrevoir notre manière d’exercer l’autorité et à considérerdavantage la vocation des laïcs, hommes et femmes.

Pour le Pape, nous sommes aujourd’hui face à une manifestation du mal, agressive et destructrice. Derrière et à l’intérieur de tout cela, il y a l’esprit du mal qui, dans son orgueil et son arrogance, se sent le maître du monde et pense avoir vaincu. Benoit XVI, le Pape émérite, dans un texte très récent, attribue la crise de la pédophilie dans l’Église à l’absence de Dieu et aux changements dans la morale sexuelle à partir des années 1960

Ce phénomène des abus sur mineurs est hélas universel. La très grande majorité des crimes se déroulent dans les familles, les milieux sportifs et éducatifs, mais dans l’Église cela est encore plus grave car ces horreurs touchent le cœur de sa mission : annoncer l’Évangile aux petits et protéger les brebis des loups et des prédateurs.

Dans la tempête médiatique générée par cette crise, les prêtres se sont sentis déshonorés et discrédités par les comportements honteux d’un petit nombre de leurs confrères. Plusieurs ont témoigné de leur désarroi alors que fidèlement et loyalement, ils s’efforcent de vivre leur célibat, servent le Seigneur et le peuple de Dieu et se dépensent sans compter dans leur ministère. Ce soir, je voudrais leur dire ma gratitude pour leur engagement et pour leur attachement à transmettre ce qu’ils ont reçu : le don d’une foi chrétienne qui invite à rendre le monde meilleur, plus juste et plus aimant. Je voudrais dire merci à tous les prêtres qui au cours de ma vie m’ont donné le désir de suivre le Christ.  Chacun de nous porte en lui, le visage de ces bons pasteurs. Tout à l’heure à la fin de la messe chrismale lorsque le cortège traversera l’assemblée, je vous demande d’applaudir vos prêtres et vos diacres pour leur témoigner votre reconnaissance, votre amitié et votre prière.

Merci à vous, frères et sœurs laïcs pour le soin matériel et spirituel que vous prenez de vos prêtres et diacres

Ensemble, luttons contre toutes les forces du mal. Établissonsnos vies sur le Christ Jésus, il est notre rocher. Son amour ne déçoit jamais.

 

***

 

Que cette messe chrismale nous aide les uns et les autres à avancer sur le chemin de la sainteté en fidélité à notre vocation chrétienne.

Que l’Esprit de Dieu nous rende semblables au Christ Jésus et nous donne la force de vivre l’Évangile en ce monde.

Que ce même Esprit saint soutienne tous ceux qui seront marqués par l’huile du salut : nouveaux baptisés, nouveaux confirmés, nouveaux prêtres ou évêques, malades et souffrants.

Que l’Esprit Saint maintienne notre confiance dans l’Église. Elle est sainte même si elle habitée par des hommes et des femmes pécheurs, appelés à la conversion. Elle est l’Église du Christ, il est avec elle jusqu’à la fin des temps et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.