La Chapelle saint Sébastien de Roubion
 
Le petit village de Roubion fait partie d’une des 28 communes situées dans la vallée de la Tinée qui composent le parc national du Mercantour. Il est situé au nord des Alpes-Maritimes, à 1336 mètres d’altitude perché sur un promontoire rocheux et adossé à une falaise verticale qui protège le village du vent. C’est de là que vient son nom, « Robione » signifiant falaise en provençal.
Son histoire remonte loin dans le temps, ayant été fondé 800 ans avant Jésus-Christ par les Celto-Ligures. Il devint une province romaine jusqu’aux invasions des Lombards, puis des Sarrasins en l’an 1200. En 1860 les Roubionnais choisirent de devenir français.
Il conserve un important tronçon de son enceinte du 12ème siècle, et est inscrit aux Monuments Historiques. Le village possède aussi une petite station de ski familiale avec 30km de pistes. 



 

L’artiste peintre Imelda Bassanello a décoré de nombreuses portes en bois du village que je vous invite à découvrir et qui mettent en lumière des métiers d’antan, ou une scène quotidienne agricole ou pastorale. 








Roubion dispose aussi d’un circuit qui vous permettra de découvrir la Chapelle Notre-Dame qui domine le village, l’Église Notre-Dame-du-Mont-Carmel, la petite Chapelle Saint-Sébastien en contrebas du village, et la Chapelle Sainte-Elisabeth au hameau de Vignols qui a pu être rénovée grâce au Prince Rainer III de Monaco et équipée avec le mobilier de la Chapelle des Carmes. 
 

Je vous invite à vous rapprocher de l’Office du Tourisme qui vous prêtera la clé et aller visiter la petite chapelle saint Sébastien. Elle date du 16ème siècle et est entièrement décorée de magnifiques fresques peintes en 1513. Elle a été classée aux monuments historiques en 1948. C’est le Chanoine Ludovic Serre de Clans qui l’a offerte aux Roubionnais pour protéger le village de la peste. Vous y découvrirez 12 scènes légendées en vieux provençal sur la vie et le martyre de saint Sébastien. 
J’ai été séduit par cette toute petite chapelle que l’on découvre en empruntant un chemin de terre au milieu de la forêt, perchée sur une petite butte en terre. Elle semblait seule, isolée de tout, fragile, et perdue au milieu de la végétation, mais pourtant quelque chose d’indéfinissable se dégageait d’elle. A l’ouverture de la simple porte en bois qui la protège j’ai été stupéfait de découvrir toutes les fresques qui la décoraient du sol au plafond avec des couleurs encore vives malgré ses 500 ans d’âge. 
Moins d’une quinzaine de personnes devaient pouvoir être accueillies simultanément, et bien que des siècles se soient écoulés depuis sa construction, je ressentais encore le fil même ténu qui relie les hommes dans ce lieu. 





 
Les 11 panneaux de la voute illustrent la vie de saint Sébastien qui est un saint martyr romain ayant vécu, selon la croyance chrétienne, au IIIème siècle. Fêté le 20 janvier en Occident il est le patron des archers, des fantassins et des policiers mais aussi troisième patron de Rome avec Pierre et Paul. C’est pour cette raison qu’il est également fêté comme saint patron de la Compagnie des Carabiniers du Prince de la principauté de Monaco. 

 


Jusqu’au XVIIème siècle où l’église imposa saint Roch, ce saint protégeait les habitants des grandes épidémies. En effet, d’après l’ouvrage rédigé entre 1261 et 1266 par Jacques de Voragine qui raconte la vie d'environ 150 saints, une terrible peste frappe la ville de Pavie. De très nombreux morts sont recensés mais un ange se manifeste aux habitants de la cité pour leur apprendre que l'épidémie prendra fin une fois qu'un autel dédié à saint Sébastien y aura été construit. Une fois l'autel édifié la peste disparaît et les reliques de saint Sébastien sont alors transportées de Rome à Pavie, pour honorer le martyr
La lecture des fresques se fait de droite à gauche, où la vertu et la prière conduisent vers le paradis et le péché sur la partie gauche vers l’enfer. Le Chanoine Ludovic Serre, à l’origine de la construction de cette chapelle, est représenté sur la partie droite du thème des vertus. Son auteur qui est inconnu, a également peint sur la partie inférieure des murs le thème des vertus et des vices. 






 
 
Pour terminer la visite je vous invite à découvrir les ruelles escarpées de ce village médiéval, avec ses nombreux passages voûtés et pleins de charme. Un livret explicatif vous sera remis au Bureau du tourisme qui vous permettra de suivra les bornes numérotées qui ponctuent deux parcours au choix.