Messe à une intention particulière

Pour faire dire une messe à une intention particulière, prendre contact avec le curé ou le sacristain afin de fixer une date possible. En effet, toute messe ne peut pas toujours être célébrée à une intention particulière: le curé en charge de sa paroisse doit célébrer une messe "pro populo" le dimanche et les jours de fête.

Pourquoi faire dire une messe à une intention particulière ?

Le sacrifice de la messe est une eucharistie, c’est-à-dire une action de remerciement, de louange et de joie pour le sacrifice de Jésus qui réconcilie l'homme avec son Père. Il est offert en mémoire de l'Eucharistie que célébra Jésus-Christ lui-même une fois et pour tous : "Ceci est mon corps livré pour vous. Ceci est mon sang versé pour la multitude."

L’Église permet aux fidèles de s’associer plus étroitement à ce sacrifice offert pour tous par une intention particulière confiée au célébrant, à qui on a toujours reconnu la possibilité de joindre cette intention particulière à l’intention générale.

La messe n’a pas de prix. Mais dès les origines, les fidèles ont voulu participer à l'Eucharistie par des offrandes en nature ou en espèces. Elles étaient destinées à assurer les frais du culte, la subsistance des prêtres, la vie de l'Église. C'est l'origine de la pratique des "honoraires de messe", qui date du VIIIe siècle et qui s'enracine dans l'Ancien Testament où le prêtre recevait une part des sacrifices faits à Dieu. Le prêtre doit toujours pouvoir "vivre de l'autel". Le code de droit canonique légitime cette pratique (C.945) et la réglemente (C.946 et suivants).