Débats Enjeux & Société

Notre monde traverse une période à la fois passionnante et inquiétante. La formidable aspiration au progrès née du siècle des Lumières semble avoir atteint ses limites : à la crise financière, économique et climatique s’ajoute une crise morale et éthique. Désormais, le progrès n’apparaît plus comme un facteur d’espoir mais comme un facteur de risque, et l’espérance, individuelle et collective, semble trop souvent avoir déserté le paysage médiatique et politique.
Le moment est venu d’ouvrir le débat et de s’interroger sur les enjeux de notre société : quel monde voulons-nous ? quelle vision de l’homme avons-nous ? quel avenir dessinons-nous pour les générations futures ?
Ces débats, autour d’experts et praticiens de grande qualité, animées par des journalistes professionnels, veulent nous permettre de répondre à ces interrogations.
 

Programme 2018-2019

22 novembre 2018                Bioéthique : quel monde voulons-nous ?
06 février 2019                      Peut-on faire confiance aux médias ?
25 avril 2019                         Vers une banalisation de la violence ?



Bioéthique : quel monde voulons-nous ?

Les avancées scientifiques et techniques concernant la bioéthique interrogent les différents pays d’Europe. En France, les États Généraux de la bioéthique qui viennent de s’achever devraient déboucher sur de nouvelles dispositions législatives. Monaco n’est pas insensible aux débats qui se déroulent dans les États voisins. Mais faut-il pour autant s’aligner sur des législations qui s’éloignent de plus en plus de cette « écologie intégrale » promue par le Pape François ? Ce débat aura pour objet de mieux comprendre les enjeux et de se forger un avis éclairé sur ces questions graves et complexes qui touchent aux droits de l’homme, à sa dignité et, en définitive, au monde dans lequel nous souhaitons vivre.

Débat animé par : Jean-Claude Escaffit, journaliste

Jean-Claude Escaffit a été journaliste au journal La Croix et à l’hebdomadaire La Vie (groupe Le Monde). Il a également animé des émissions sur France 2 et encore actuellement sur RCF-Dialogue.

Les intervenants :

François Buet
est prêtre de l’Institut Notre-Dame de Vie (Vénasque) et il exerce actuellement son ministère dans le diocèse de Marseille. Il est également médecin en soins palliatifs à la Clinique Sainte-Elisabeth et titulaire d’un doctorat en théologie pour la Pastorale de la Santé.

Mélina Douchy-Oudot est Professeur des universités, agrégée des Facultés de droit, avocat civil et avocat ecclésiastique. Elle enseigne actuellement le droit de la famille à l’Université de Toulon.

Jean Léonetti est médecin cardiologue, homme politique et ancien ministre français. Très impliqué dans les questions de fin de vie, il a présidé une mission parlementaire sur ce sujet qui a conduit à l’adoption en France de la « Loi relative aux droits des malades et à la fin de vie » dite « Loi Leonetti » en 2005. En 2014, il sera chargé de conduire une nouvelle mission sur l’élaboration d’une deuxième loi sur la fin de vie qui, adoptée en 2016, intègre de nouvelles dispositions, notamment la sédation profonde et continue jusqu’au décès. Jean Léonetti est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les questions de bioéthique, notamment Vivre ou laisser mourir (2004) et C’est ainsi que les hommes meurent (2015).
 

Jeudi 22 novembre 2018, de 20h à 22h

Salle polyvalente de l'Agora
13, rue Bel Respiro - Monaco

Parking de la Gare ou Roqueville (0,50€ de l'heure)

Peut-on faire confiance aux médias ?

Nous vivons dans une société hautement médiatisée et il n’est pas de sphère de notre existence qui n’en soit impactée. La machine à infos s’emballe sous l’effet de l’instantanéité et de la concurrence : à côté des médias traditionnels (presse écrite, radio, télévision) sont apparus de nouveaux dispositifs numériques par lesquels nous parvient une information pas toujours contrôlée : internet, réseaux sociaux… Par ailleurs, les journalistes peuvent-ils échapper aux pressions politiques ou économiques ? L’accélération du tempo médiatique n’a-t-il pas raccourci le temps consacré à l’investigation ? En d’autres termes, peut-on encore faire confiance aux médias ? Face à ces incertitudes, une éducation aux médias est sans doute nécessaire : à chacun d’apprendre à poser un regard critique sur l’information, à en comprendre les sources pour en évaluer sa qualité et sa fiabilité.

Débat animé par : Louis de Courcy, journaliste

Louis de Courcy a occupé plusieurs fonctions au journal La Croix, notamment aux services « Religion », « Société » et « Parents et Enfants » ; il a été grand-reporter rattaché à la rédaction-en-chef de 2000 à 2013.

Les intervenants :

Jean-Marie Charon
est sociologue, ingénieur d’études au CNRS, chercheur associé au Centre d’étude des mouvements sociaux (de l’EHESS). Ses recherches et son enseignement portent sur les médias, le journalisme et l’information. Il s’intéresse particulièrement aux transformations de la presse écrite, aux évolutions du métier de journaliste et aux relations entre les médias et la justice. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et d’un rapport récent sur l’interrelation entre la presse écrite et le numérique (2016).

François Ernenwein est journaliste, rédacteur en chef à La Croix et membre du comité de rédaction de la revue Études. Il enseigne à l’Institut d’Études Politiques de Paris et au Celsa (École des hautes études en sciences de l’information et de la communication). Il est membre du conseil d’orientation du Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information et préside Confrontations, une association d’intellectuels chrétiens.

Eric Salobir o.p. est prêtre et religieux dominicain. Il est le fondateur et le président du réseau OPTIC visant à promouvoir les recherches et l’innovation dans le domaine des humanités numériques. Il a été en charge de la production de médias numériques catholiques pour la chaîne de télévision française France 2 et a contribué à la réorganisation des médias du Vatican. Actuellement consultant auprès du Saint-Siège pour les médias et les technologies, il enseigne la communication numérique à l’Université Catholique de Paris et donne des conférences sur des sujets liés à la technologie et à l’éthique.
 

Mercredi 6 février 2019, de 20h à 22h

Salle polyvalente de l'Agora
13, rue Bel Respiro - Monaco

Parking de la Gare ou Roqueville (0,50€ de l'heure)

Vers une banalisation de la violence ?

Il suffit de regarder autour de soi : que ce soit dans la rue, dans les stades, dans les écoles ou même chez soi, la violence est partout, et sous toutes les formes. Vandalisme, policiers ou pompiers agressés, « black blocs » dans les manifestations, harcèlement sur les réseaux sociaux, racket entre adolescents… plus qu’un simple phénomène de mode, la violence, qu’elle soit physique, verbale ou psychologique, est un réel fait de société qui tend à se banaliser. Qui est responsable de cette banalisation ? Les médias, où elle est omniprésente ? Le cinéma ou les jeux vidéos, qui comportent parfois des scènes extrêmement violentes ? Ou bien la violence est elle inhérente à l’être humain ? Nos sociétés s’efforcent aujourd’hui de l’endiguer, de la canaliser, voire de la réprimer. Mais ne faudrait-il pas d’abord essayer d’en comprendre les ressorts ?

Débat animé par : Louis de Courcy, journaliste

Louis de Courcy a occupé plusieurs fonctions au journal La Croix, notamment aux services « Religion », « Société » et « Parents et Enfants » ; il a été grand-reporter rattaché à la rédaction-en-chef de 2000 à 2013.

Les intervenants :

Christine Laouénan
est journaliste et écrivain, formatrice et intervenante en relations humaines. Elle s’est spécialisée dans les thèmes de la violence et de l’adolescence. Son travail de journaliste au sein d’une association de prévention lui a permis de recueillir, au long des années, les témoignages de nombreux adolescents de tous âges. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels Les Violences du quotidien- Idées fausses et vraies questions (2002) et Comprendre nos ados (2010).

Patrice Ribeiro est Commandant divisionnaire de la Police Nationale en France et Secrétaire Général du syndicat Synergie-Officiers représentant les Officiers de la Police Nationale. Il nous fera part de son expérience de terrain et des sentiments des policiers confrontés à la violence au quotidien, une violence dont ils sont souvent eux mêmes la cible.

Christophe Soullez est directeur de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales au sein de l’Institut National des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice (INHESJ). Il a été membre du groupe de travail sur la sécurité au quotidien (2007) et du livre blanc sur la sécurité publique (2011). Il enseigne à l’école des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN), à l’école nationale supérieure de la police (ENSP), à l’Université Paris II et à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la délinquance ou les politiques publiques de sécurité.
 

Jeudi 25 avril 2019, de 20h à 22h

Salle polyvalente de l'Agora
13, rue Bel Respiro - Monaco

Parking de la Gare ou Roqueville (0,50€ de l'heure)

 

  Formulaire d'inscription