Publié le 2 novembre 2021

Les escapades de Jean-Pierre - la cathédrale de Vence


La Cathédrale de la Nativité de Marie est située dans le village médiéval de Vence dans les Alpes Maritimes. Vous pourrez y découvrir de nombreux monuments comme le Château et sa tour du 12ème siècle et de nombreuses fontaines dont celle du Peyra, classée aux monuments historiques depuis 1920, dont l’eau provient de la source de la Foux qui alimente le village depuis l’époque romaine.

C’est la plus petite Cathédrale de France. Elle a été construite au IVème siècle sur l’emplacement d’un temple romain dédié au dieu Mars et d’une église mérovingienne remaniée dès le 8ème siècle. A gauche, à l’entrée de la Cathédrale se trouve une dédicace datée de l’an 239 faite par la cité de Vintium en hommage à l’empereur Gordien III  empereur romain de 238 à 244. A droite, une autre inscription retrace une dédicace datée de l’an 220 faite à l’empereur Caesar Marcus Aurelius connu pour son goût de l'hédonisme et du sacrilège et qui vivait dans l'excès même au regard des normes romaines.

La Cathédrale ne prit sa forme romane définitive qu’au XIème siècle. Elle est rattachée au Diocèse de Nice, classée Monument Historique depuis 1944. Vence est le siège d’un évêché depuis l’an 374. Soixante-dix évêques s’y sont succédés jusqu’en 1801.  A partir de 1823 l’évêché de Vence fut alors placé sous l’autorité de l’évêque de Fréjus puis en 1886 englobé dans l’évêché de Nice.

La cité compte parmi les siens Alexandre Farnèse, évêque de la ville qui devint pape sous le nom de Paul III en 1534.

Un autre évêque, Antoine Godeau deviendra le cofondateur de l’Académie Française.

Elle mesure 35 mètres de long et 23 de large. L’intérieur, avec huit chapelles sans aucun transept, est composé d’une nef de cinq travées avec deux bas-côtés. A l’extérieur, la façade occidentale de style roman n’a pas de porte, l’entrée s’effectue sur le côté sud qui a été orné d’une façade rococo.

De style baroque aujourd’hui, on retrouve néanmoins des vestiges de tous les styles architecturaux qui se sont succédés : roman, gothique... Des motifs ornementaux sont inclus dans les piliers de la nef et sur les murs à l’entrée du chœur attestant de l’existence au 8ème siècle d’une église carolingienne.

La Cathédrale abrite de nombreux mobiliers classés Monuments Historiques.

Une des cinq chapelles est dédiée à Saint Véran qui fut évêque de Vence en l’an 449 dont on peut admirer le sarcophage, celui-ci daté du IVème siècle, à l’origine païen et destiné à un couple, a été vidé pour accueillir ses reliques. Une vitrine contient un manuscrit en écriture gothique sur la vie de Saint Lambert et la croix pectorale de Monseigneur Pisani dernier évêque de Vence.

Une autre chapelle est dédiée à Saint Lambert, évêque de Vence en 1154, dont l’autel est construit sur son tombeau.

Deux bustes de cuivre argenté qui représentent ces deux saints reposent sur des chasses vitrées qui permettent de découvrir leurs ossements. Leurs reliques n’ont pas quitté la Cathédrale depuis quinze siècles et huit siècles.

Dans le baptistère qui comprend une cuve baptismale creusée d’une seule pièce, vous pourrez découvrir une mosaïque datant de 1979 de Marc Chagall qui représente Moïse sauvé des eaux, l’artiste ayant séjourné à Vence de 1950 à 1966.

On peut admirer aussi une très belle et très rare collection de statues polychromes restaurées, en bois fruitier, et qui s’échelonnent du XVII au XIXème siècle. Elles reconstituent les différentes stations du Chemin de Croix.

Dans ce qui était la chapelle du Saint Sacrement vous découvrirez une des plus belles plaques sculptées carolingiennes de France, et dans le mur du clocher, datant du XVème l’ancienne porte de la prévôté.

A l’étage qui donne accès aux tribunes se situe la salle du trésor qui abrite entre autres, une chasuble d’Antoine Godeau, écrivain et poète au XVIIème siècle et évêque de Vence.

A la suite d’un don de la famille Chave, vous découvrirez une très belle et rarissime collection de Paperolles qui sont des décors réalisés en utilisant des bandes de papier roulées ou torsadées réalisées par des religieuses et dont certaines sont l’œuvre de toute une vie.

Vous pourrez également découvrir dans une autre salle de nombreuses et magnifiques chasubles portées par les nombreux évêques du diocèse de Vence ainsi que des tableaux légués par Monseigneur Pisani.

Toujours à l’étage vous pourrez découvrir les stalles à l’origine placées dans la nef devant l’autel et commandées à un Maître menuisier de Grasse en 1455. Elles ont été transférées en hauteur compte tenu de leur encombrement. Chaque stalle comporte un décor unique composé de figures humaines, de motifs végétaux et des formes de monstres.

Et maintenant un peu d’histoire de l’Art.

Les motifs ornementaux inclus dans les piliers de la nef que l’on appelle « Entrelacs » sont d’origine Carolingienne.

Pendant les premiers siècles du moyen âge la sculpture avec des personnages a été presque complètement abandonnée pour ne réapparaître qu’au cours du XIème siècle.  Pendant cette période on décora la pierre et le marbre, surtout à l'époque carolingienne.

Les marbriers, à défaut de figures animées, sculptèrent sur de grandes dalles des ornements stylisés dénommés « entrelacs ». Ceux-ci sont considérés comme un ornement ancestral, pratiqué bien avant notre ère en Chaldée et répandus dans toutes les civilisations orientales.

L'entrelacs des sculpteurs de l'époque carolingienne se distingue de tous les autres par leur élégance. Sans caractère vraiment défini, on retrouve les formes géométriques, les cercles combinés en forme de fond de corbeille, les tresses, les tiges s'enroulant en hélice, et cet ornement qui a l'aspect d'une roue dont les rayons sont courbes et que l'on désigne sous le nom de « soleil tournant ».

Parfois sa disposition principale consiste en un cercle encadrant un losange ou un carré, parfois c'est un cercle encadrant quatre demi-cercles entrelacés et adossés deux à deux comme à Vence.

Les rosaces à huit lobes qui étaient fréquentes à l'époque mérovingienne deviennent plus rares. Les Romans transformeront l'entrelacs en un décor imité du travail de vannerie. Les devants d’autels étaient souvent ornés par ces entrelacs.

Dans un mur de la cathédrale de Vence on peut voir des oiseaux sur une des dalles qui a été réemployée.

Pour terminer, je voudrais chaleureusement remercier mon guide, Monsieur Jacques Chave, Conservateur de la Cathédrale et président du patrimoine religieux Vençois, qui m’a aidé dans mes recherches et qui m’a apporté un éclairage sur des aspects historiques de cette Cathédrale millénaire et très riche par son histoire.

Galerie